La classe de 4ème au grand air!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le cadre d’une semaine d’intégration, puis dans celui d’une séquence basée sur l’appréhension de son nouvel environnement, les élèves de la classe de 4ème – Initiative du Lycée Schattenmann de Bouxwiller ont « pris l’air »!

Fichtre, me direz-vous ! Prendre l’air, mais qu’est-ce qu’il y a à en dire ? Il s’agit, en réalité, de deux sorties pédestres dont les objectifs, au-delà de compétences relevant de l’EPS, peuvent correspondre à une forme de délocalisation pédagogique.

La première sortie a consisté en une longue marche d’environ 20 kilomètres dans les Vosges. Bien évidemment, et pour éviter tout désistement préalable, aucun apprenant ne connaissait la longueur du trajet, tout au plus savaient-ils que la randonnée devait durer la journée. Le but était la visite des ruines du Château Médiéval du Loewenstein. Les objectifs pédagogiques lors de cette sortie ont relevé de la capacité à s’orienter (en suivant des balisages) et surtout du domaine des savoirs-être. En effet, si l’effort demandé fut relativement important pour certains, il a naturellement généré des associations d’entraide entre élèves, créant en cela des liens de simple solidarité qui se transformeront certainement en amitié scolaire. Dans le même ordre d’idée, certains marchant plus vite que d’autres, le respect du rythme de camarades devait être pris en compte. Le seul regret aura été qu’arrivés au pied du piton sur lequel trônaient les ruines, environ la moitié des élèves est restée en bas du piton, alors que quelques mètres au-dessus s’ouvrait à eux une vue imprenable et à perte de vue sur les Vosges du Nord.

La seconde promenade a eu lieu au Bastberg, une colline surplombant Bouxwiller. Deux tiers plus courte que la précédente (le but n’étant pas non plus de former les élèves à devenir légionnaires!), celle-ci avait comme objectif de répondre à de petits questionnaires. En effet, trois sentiers (géologique, nature et patrimoine) ponctués de panneaux informatifs serpentent sur la colline. Par groupes de 2 ou 3, les élèves devaient donc lire certains de ces panneaux afin de répondre aux questions posées. En parallèle de cette activité, des exercices de lecture de paysage, de prises de photos pour une ré-exploitaion ultérieure en classe étaient prévus.

D’après les retours des élèves, il apparait clairement que ceux-ci, en une immense majorité, préfèrent une pratique active pour la découverte du matériau qui servira ensuite de support pédagogique aux activités pratiquées en classe. Eh oui, bien sûr! Mais le terrain peut servir de base à la collecte de données diverses et variées, la transformation didactique de celles-ci en savoirs ou savoir-faire, passe (malheureusement diront certains élèves 🙂 ) par un retour au système classe, dans son acception la plus classique.

 

–  Article signé par Frédéric ANTON, Professeur de Français –

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s